Actualités

Horizons 2024 : Un plan stratégique de relance pour La Cité des Congrès

Presse

Publié le 28 septembre 2021

This page is also available in English English

La Cité s’est engagée dans la formalisation d’un plan stratégique de relance qui doit la projeter dans le monde de l’après COVID, lorsque les activités évènementielles et culturelles auront repris leur cours normal.

1. LES INTENTIONS DU PLAN.

Le plan présenté est un plan stratégique spécifique de relance.
Il se différencie d’un plan stratégique traditionnel à La Cité : il est en effet plus court dans la durée et se veut être un traitement choc de la situation de crise que nous connaissons.
Il se donne ainsi des perspectives de retour à la normale à l’horizon 2024 et installe des indicateurs spécifiques à la période que nous vivons.

2. LE CONSTAT INITIAL ÉTABLI FIN 2020.

Si l’année 2020 a été une année de crise, où La Cité a vu son modèle économique se dégrader fortement (comme tous les palais des congrès et salles de spectacle de
France), elle a financièrement bien résisté à la situation de crise pour plusieurs raisons :

– Une année 2020 qui n’a pas été totalement blanche puisqu’environ un tiers de la période a été exploitée,
– Une situation financière initiale saine issue de plusieurs années de performance, qui nous permettait de disposer d’une marge de manoeuvre pour assumer les pertes engendrées par la chute d’activité,
– Le soutien de Nantes Métropole en 2020 par une subvention d’un million d’euros, qui nous a permis de réduire la perte en fin d’exercice et maintenir notre capital social,
– Enfin, des démarches de gestion qui ont réduit considérablement nos charges de structures en 2020.

L’ensemble de ces mesures nous a permis de terminer l’exercice 2020 avec un résultat net de – 123K€ alors que nous envisagions au printemps de la même année de devoir constater des pertes au-delà de 2M€.
L’année 2021 s’annonce encore délicate puisque l’évènementiel et la culture ne reprennent réellement que depuis septembre. Il nous faut donc maintenant et rapidement nous projeter sur les années suivantes et envisager au plus vite un retour à la normaleen termes de résultats.

C’est tout l’objet du plan stratégique de relance qui est proposé, qui est parti du principe qu’en période de crise, deux stratégies sont envisageables :

– Soit une approche défensive, où on limite l’investissement, on réduit toutes les dépenses, on tente de figer le modèle économique que l’on connait, on applique une attitude de précaution absolue.
– Soit une approche offensive, plus engageante et plus ambitieuse aussi, qui se donne pour objectif d’accélérer le retour à la normale et de gagner des positions concurrentielles pour l’avenir.

Dans cette logique, le plan qui est proposé au conseil communautaire du 8 octobre prochain à Nantes Métropole et qui a été validé par les élus administrateurs de la SPL Cité représentant les 4 grandes collectivités locales (NM, Ville de Nantes, Département et Région) prend le parti de choisir l’option offensive.

 

3. LES GRANDES LIGNES DU PLAN DE RELANCE.

Ce plan de relance offensif se fixe plusieurs enjeux de résultats : D’abord se fixer un retour à la normal pour fin 2024, c’est-à-dire un rééquilibrage des comptes de la Délégation de service publique liant la Cit é à Nantes Métropole jusqu’en 2027 à zéro.
Ensuite considérer que la relance passe par des réponses à un triptyque répondant à la cohérence avec les politiques publiques, la performance commerciale, et l’ efficience des investissements réalisés.

Pour élaborer ce plan, il a fallu établir une vision raisonnable de l’avenir de moyen terme que l’on peut décrire ainsi :

– Reprise lente sur 3 ans du MICE International, plus rapide sur le National,
– Reprise assez rapide de la Culture (dès 2022),
– Retour en force du présentiel avant 2 ans,
– Une clientèle sensible aux destinations respectueuses de valeurs durables,
– Importance grandissante des démarches collaboratives collectives,
– Des travaux très impactant pour la performance de la Cité en 2025,
– Un accroissement de la commande publique au niveau des productions,
– Une persévérance dans la rationalisation des coûts de la structure.

Ces postulats largement partagés par les professionnels des secteurs concernés, le plan se développe en deux temps et 5 axes stratégiques :

Premier temps dans lequel nous nous situons : le temps de la rigueur budgétaire très stricte jusqu’à fin 2021,
Second temps : le temps des actions offensives tant en maintenant une gestion performante.

Les leviers stratégiques que nous activerons sont les suivants :
– L’investissement stratégique efficient,
– Une gestion optimisée,
–  La réponse à la commande politique exprimée autour de la thématique du rayonnement,
– La priorité absolue au redémarrage du secteur MICE qui est la pierre angulaire de la performance de l’entreprise.

Les enjeux financiers auxquels nous sommes confrontés et que le plan de relance doit solutionner sont de préserver la capital de l’entreprise, de maintenir un niveau de trésorerie suffisant, et d’éviter le surendettement de l’entreprise.

Ces éléments étant établis, le plan stratégique de relance peut se décrire synthétiquement ainsi :

– 30 chantiers structurants sur 5 axes stratégiques,
-Un engagement financier en fonctionnement de 2 M€ HT,
– Un engagement financier en investissement de 2,7 M€ HT,
– 4 ans de déploiement (2021 – 2024),
–  Un retour de CA de +7,6 M€ en 4 ans versus 2020 (4,5 M€ en 2020 contre 12,1M€ en 2024),
– Un résultat net de nouveau à l’équilibre fin 2024, puis de nouveau bénéficiaire.

Ce plan est établi autour d’un panel d’actions qui ont la caractéristique d’être orientées vers une démarche de retour sur investissement, d’être pour partie engagées avec la volonté d’être accélérées, d’être respectueuses des moyens publics tant dans les comptes de la Cité que de ceux des collectivités sollicitées.
Les actions sont planifiées pour être achevées fin 2024 pour la plupart, puis générer des effets positif au moins jusqu’en 2027, fin de la DSP de la Cité.

Il n’a pas été conçu à ce stade en voulant prendre en compte des sujets qui sont trop incertains et qui seraient très impactants pour les données financières de la SPL : le devenir de la Folle journée, le rapprochement Parc – Cité notamment.
Chaque action proposée fait l’objet d’une fiche projet synthétique descriptive, et le plan établit une batterie d’indicateurs de suivi de sortie de crise.

En savoir +

Contact presse :
Marie Masson – Directrice Culture et Communication
Tel : +33 (0)2 51 88 20 00
marie.masson@lacite-nantes.fr