Actualités

Congrès à Nantes : deux expertes aux côtés des organisateurs

Publications

Publié le 7 décembre 2022

This page is also available in English English

Aide au montage du dossier de candidature, conseils sur l’organisation… Agathe Morelle et Léonie Couëspel du Mesnil sont les interlocutrices privilégiées des organisateurs de congrès à Nantes. En facilitant la venue de ces événements majeurs, elles contribuent au rayonnement des filières d’excellence nantaises.

Santé, sciences et techniques, agroalimentaire,… les expertises portées par l’écosystème nantais ne manquent pas. Une diversité et une richesse que Léonie et Agathe connaissent bien : via les partenariats initiés par La Cité avec les structures scientifiques du territoire, elles côtoient régulièrement les têtes chercheuses des principales structures de la place nantaise. Leur mission : détecter des événements scientifiques auxquels Nantes pourrait postuler.

Une aide précieuse au montage du dossier de candidature

« Les structures à l’origine de congrès, qu’il s’agisse d’associations ou de sociétés savantes, lancent un appel à candidatures auprès de leurs adhérents pour organiser l’événement, explique Agathe. Les personnes qui souhaitent se saisir de cette opportunité pour accueillir le congrès dans leur ville doivent donc constituer un dossier solide, qui présente notamment le lieu pressenti pour le congrès, les dates possibles, les événements en marge des échanges professionnels comme les repas et les soirées de gala, les facilités d’hébergement et de transport, les soutiens financiers et institutionnels, les atouts touristiques, etc.

Notre rôle est d’aider les chercheurs locaux à monter ce dossier de candidature et au-delà, de les accompagner, selon leurs attentes, pour faciliter la tenue du congrès à Nantes. »


Un travail main dans la main avec les organisateurs

« Nous avons un rôle de conseil sur l’argumentaire, nous veillons aussi à nous démarquer des candidatures concurrentes », renchérit Léonie. Certains porteurs de projets ont la volonté de proposer une édition qui se distingue des précédentes. Alors là, on se régale ! C’est un vrai travail d’équipe avec le comité d’organisation local. Cette mobilisation collective nous permet de remporter de belles victoires. Je pense notamment au Congrès mondial de l’acoustique, que nous accueillerons en 2024. Alors que nous étions en concurrence avec plusieurs destinations, nous avons réussi à convaincre les décideurs américains d’organiser l’événement sur quatre jours et non trois comme habituellement. Cette demande correspondait à une attente des chercheurs locaux d’avoir davantage de temps pour échanger entre eux, en dehors des conférences et des présentations qui se succèdent à un rythme très soutenu. »

Congrès et territoire : une alliance gagnant-gagnant

« On a souvent tendance à considérer le tourisme d’affaires sous l’angle économique, mais au-delà des retombées, les grands événements révèlent le dynamisme du territoire qui les accueille, résume Agathe. Nous avons à Nantes de véritables pépites internationales, qui par leur seule renommée décrochent l’organisation de congrès ». « Il existe une véritable cohérence entre l’identité d’une ville et les événements qu’elle attire, confirme Léonie. La richesse du tissu associatif et la cohésion sociale reconnue à Nantes nous permettent ainsi de capter des événements majeurs dans le domaine, comme le récent congrès de l’ADMR, premier réseau national associatif de services à la personne. » 

Un travail de longue haleine pour capter certains congrès

Aussi riches que soient les filières d’excellence nantaises, il arrive cependant qu’aucun lien ne soit identifié entre le territoire et un événement que nos responsables de développement souhaiteraient voir venir. « C’est un travail de longue haleine. Il nous faut comprendre comment fonctionne la communauté qui porte le congrès », confie Agathe. À la fois lobbyistes et enquêtrices, elles déploient alors toutes les facultés de persévérance et de persuasions dont elles sont capables. « On ne lâche pas prise facilement, mais il faut savoir être patient. Le court terme n’existe pas dans l’univers du congrès. ».

Des passionnées au service du territoire


On l’aura compris : au-delà de leur « casquette » Cité des Congrès, Agathe et Léonie sont avant tout des ambassadrices du territoire. Un rôle que ces insatiables tisseuses de liens endossent avec un plaisir manifeste. « Nous sommes un point de contact entre différents univers. Attirer un congrès ici c’est offrir une opportunité unique pour les entreprises locales de se frotter au monde de la recherche pour toujours plus d’innovation et donc de compétitivité, ou simplement rencontrer d’autres acteurs », se réjouit Léonie. Un enthousiasme partagé par Agathe : « Nous sommes en contact avec des personnalités incroyables, qui travaillent sur des sujets aussi divers qu’insoupçonnés : un spécialiste des séismes, un chirurgien cardiaque, un bénévole du handicap… c’est enrichissant ! »