Actualités

Michèle Charrier, directrice des ventes et de la technique « L’expérience client est au cœur de nos métiers »

Interviews

Publié le 27 mai 2024

This page is also available in English English

Spectacle ou congrès, tous les événements accueillis à La Cité des Congrès sont minutieusement préparés au sein de sa direction. L’accomplissement d’un parcours commercial & ventes et managérial qui marque l’attachement de Michèle Charrier à l’événementiel et à La Cité.

Quel est votre parcours à La Cité des Congrès ?

J’ai intégré La Cité en tant que chargée d’affaires en 1997, après un début de carrière au Centre de Congrès d’Angers. J’ai ensuite pris la direction du service Affaires avant de devenir directrice des ventes, puis directrice des ventes et de la technique. Rassembler des équipes techniques et commerciales au sein d’une même direction peut surprendre, mais ce rapprochement s’avère un atout supplémentaire pour livrer au client la prestation qu’on lui a promise. 

Quelles sont vos missions ?

La direction des ventes et de la technique assure l’organisation de tous les événements, culturels et professionnels, depuis leur planification jusqu’à la contractualisation. L’équipe est constituée d’une cinquantaine de personnes. La gestion de planning occupe une place importante, assurée par les chargées d’affaires en lien étroit avec les responsables de développement. Les chargées de productions MICE (événements professionnels) et culturelles accompagnent le client dans le moindre détail logistique et technique. Elles travaillent en binôme avec les régisseurs généraux et en proximité avec les régisseurs métiers, qui maîtrisent ensemble parfaitement les aspects techniques liés aux décors, au son, à la lumière ou à la retransmission. La direction comprend également une assistante, ô combien précieuse, un service planification des équipes techniques, un service réalisation de plan, un service bar et accueil, et un service implantation et nettoyage. Et depuis septembre dernier, le Café de La Cité anime également un service d’accueil complémentaire aux visiteurs de La Cité des Congrès.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre métier ?

On parle aujourd’hui beaucoup d’expérience client, cette expression prend tout son sens dans notre direction. Le client doit arriver dans une salle où tout est prêt, bien aménagé, la technique au point… en un mot où le moindre détail a été pensé. Pour nous, chaque événement est unique, y compris les manifestations récurrentes. Notre travail s’apparente à un éternel recommencement dans un contexte qui évolue en permanence. Les événements sont le reflet de la société, ils font échos aux actualités et aux enjeux du moment.

C’est passionnant !

Comment concevez-vous votre rôle de manageur ?

La gestion et la coordination des équipes sont au cœur de mes missions. Mon rôle est de mettre de l’huile dans les rouages et d’apporter de la sérénité dans un environnement qui peut être stressant : cela suppose d’être sincère, transparent, et de savoir reconnaitre ses erreurs. Ce n’est pas un hasard si l’engagement de nos équipes est régulièrement salué par nos clients : chaque personne, quel que soit son poste, donne le meilleur d’elle-même.

Quelle est votre perception de la Cité ?

La Cité n’a pas cessé d’évoluer depuis que j’y suis entrée. Son champ de compétences s’est élargi, des investissements importants ont été consentis dans la technique, le digital, mais aussi dans le bâtiment : les salles ont été rénovées — le grand auditorium le sera en 2027 — de nouveaux métiers sont apparus, etc. À l’image du secteur événementiel, nous sommes en perpétuel mouvement !

Un de vos meilleurs souvenirs ?

J’en ai beaucoup ! Mais l’un des plus marquants reste le sommet franco-allemand qui a réuni Gerhard Schröder et Jacques Chirac en 2001. Avec des personnalités de cette envergure, la notion d’urgence prend une dimension bien réelle, d’autant que l’événement n’était pas prévu en amont. Pour accéder à la salle du sommet, les participants devaient traverser la grande halle, qui accueillait une exposition : nous avons demandé à Jacques Chirac de l’inaugurer afin de concilier les deux événements. Cela s’est très bien passé et tout le monde a été satisfait. C’est ça l’événementiel, être inventif et trouver des solutions !